IMAGES POETIQUES

Quant les mots se posent

Sur les images de la nature

Ils forment des proses

Vision de ce qui est pure

Prête à bondir

Mes antennes en avant

Sans même frémir

Je prépare mon piquant


Cachée derrière ma feuille

Je guette ma future proie

Je surveille d'un oeil

Mon prochain repas


Toi le photographe perspicace

Qui m'a vue, même camouflée

Quoi que tu fasses

Méfie toi que je ne te pique le nez



Modeste fleur parmi tes sœurs

Tu pousses ta petite tête

Dirigée vers la chaleur

Tu offres tes pétales violettes


Vu de la haut

Le soleil t'admire

Tout parait plus beau

Tu es belle à ravir


Entre vert et orange 

Dans quelle couleur tu te ranges ?

Un côté pile, un côté face

Tu cherches ta place


Parfois sous la lumière

Ou à l'ombre, derrière

Tu joues à cache-cache

Alors que rien ne te menace


De quoi as-tu peur ?

Qui provoque ta torpeur ?

De moi tu te méfies

Alors que je te photographie


Je ne veux de toi

Qu’un seul émoi

Une image éblouissante

Une émotion troublante

Mes antennes droites devant 

Je grimpe sur la tige

Malgré le vent

Et les tremblements qu'il m'inflige


Je veux atteindre l'extrémité

Même sans issue

Rien ne m'arrête de grimper

Je veux rester dessus


Je veux contempler

La nature alentour

Du haut de ce sommet

Tel un roi dans sa tour


Mais si la tige plie

À cause de mon poids

Je retourne au tapis

Tant pis pour moi

Perdues dans la verdure
A la sortie de l'hivers
Lorsqu'aucun fruit n'est encore mure
Elles pointent têtes en l'air


Petites et frêles
Émergences de la mousse
Plus petites qu'une coccinelle
Voici trois p'tites frimousses


Seules dans la forêt
Fières et droite
Elles montrent leurs nez
Douces comme de la ouate


Même le vent gelé
Soufflant et tourbillonnant
Ne les fait bouger
Pas même un tremblement

Certains me trouvent moche
Oui je ne suis pas parfait
J’ai un trou dans la caboche
J’ai la tête enfoncée


Mais la plupart du temps
On me trouve beau
Les insectes en m’observant
Me trouvent appétissant


C’est sans doute pourquoi
Une bestiole amoureuse
S’est approché de moi
Et dans ma tête creuse


Ainsi me voilà percé
Mais toujours droit
Toujours relevé
A affronter le froid

D’autres images ? Cliquez ici !

© 2017-2022   All pictures and texts Ludovic Epting